Le mental inférieur….ami ou ennemi ?

 

Le mental inférieur est une sorte d’ordinateur. Il enregistre des données qui lui sont transmises par les cinq sens : la vue, le touché, la parole, l’odorat, et l’ouïe.

Son rôle est de garder en mémoire certaines données, pour permettre la survie du corps physique.

À l’origine, tout ce qu’il captait à travers les cinq sens permettait une appréhension tangible du monde physique, sans distorsion. Ce qu’il recevait comme information était transmis aussitôt au mental supérieur (intelligence supérieure, connaissance innée, intuition font partie du mental supérieur) qui à son tour transmettait à l’âme immortelle (au Soi, à la conscience supérieure… selon les différents noms utilisés.)

Puis il y a eu la chute vibratoire. Il y a eu ajout d’un système de pensées, de réflexions qui a conduit au jugement et à l’alimentation du cerveau reptilien, du mental inférieur et du programme de survie. Aujourd’hui nous avons la capacité d’apprendre à maîtriser le plan mental et à le mettre au service de l’un, de l’âme. Progressivement nous avons construit des véhicules ; corps physique, émotionnel, mental, plus solides, plus adéquats, pour la manifestation de l’âme… Cette construction a pris des milliers d’années. Aujourd’hui, nos véhicules sont presque finis. Il faut encore les peaufiner, les nettoyer, les élever vibratoirement pour que la conscience supérieure, l’âme, le corps christique, le Je Suis, en prennent possession de façon permanente.

Pendant toutes ces années durant lesquelles l’âme a travaillé son instrument de manifestation (les trois corps inférieurs), elle a remis entre les mains du mental inférieur tous les pouvoirs. Il y avait celui de faire en sorte que l’espèce survive, mais aussi celui de décider, de créer…

Pour comprendre le mental inférieur, il faut penser à l’idée de survie, car tous les programmes qu’il a choisis en découlent.

On peut dire que la chute vibratoire qui nous a coupés de notre reliance au divin, qui nous a mis dans l’oubli, a permis au mental inférieur de prendre les rênes pendant un long moment. Une partie de notre conscience s’est alors identifiée à l’ego (mental inférieur, corps physique, émotionnel, mental, personnalité), une autre partie quant à elle est bien restée reliée à la conscience supérieure.

Ce sont les parties de la conscience qui s’est identifiée à l’ego, que nous allons chercher en nettoyant nos mémoires. Ce sont des parties de nous, qui sont restées accrochées, à de vieilles croyances, souffrances, émotions, collectives ou individuelles.

Pourquoi avoir donné au mental inférieur autant de pouvoir ? Tout simplement parce que ce processus qui a duré des milliers d’années, à permis de descendre encore plus dans la matière, parce que grâce à cela, nos corps sont vraiment faits de matière dense, bien plus dense que celle, apparemment, de nos ancêtres Lémuriens, ou Atlantes. Cette densité ne permettait pas à nos corps supérieurs de suivre le mouvement. C’est seulement en illuminant de l’intérieur nos corps qui correspondent à la densité de la Terre, que nous pourrons permettre aux autres corps plus lumineux et vibratoirement plus élevés de descendre. Il fallait préparer « un véhicule » adéquat.

C’est le rôle qu’a joué le mental inférieur qui a permis tout cela. Le rejeter ne sert à rien, c’est comme renier une partie de nous, qui de ce fait ne peut nous revenir que dans sa vibration amplifiée de tout ce qu’il représente à nos yeux et qu’on n’aime pas.

Le mental a assuré notre survie, et a pris des décisions à la place de l’âme qui pour un temps avait disparu derrière le voile de l’oublie, la déconnexion. Il a fait du mieux qu’il a pu, avec ce qu’il avait : sa logique analytique, ses classifications, ses comparaisons illogiques, sa nature d’ordinateur dépourvu de la vibration du cœur qui sont la particularité de l’âme, du divin.

Il a donc mis en place un système d’expiation et de protection en fonction de ce qui était vécu. Avant que la conscience ne soit très développée, il y avait la loi du karma linéaire (qui est une loi d’amour et non de punition), tu fais du mal, tu t’attireras la même chose et ainsi de suite, tant que la leçon n’aura pas été comprise. La partie de la conscience qui s’est identifiée à l’ego, elle, en a ajouté un peu, via le mental inférieur. La culpabilité a fait son entrée, avec des vœux d’expiations (car le mental inférieur croit que s’il a commis une faute. Il doit s’autopunir pour revenir dans l’estime de la divinité, de la Source, de dieu.)

Après le devoir d’expiation, vont suivre les vœux de protection, les limitations, dans une prochaine vie pour éviter ce châtiment injuste dont on a, entre-temps, oublié l’origine.

Bref, cela nous a fait vivre pendant des années, dans la peur et les reproches, la peur et les culpabilités. (Cela nous a permis d’expérimenter tout ce que l’amour n’était pas, et de choisir de revenir à la lumière par choix conscient).

Le mental inférieur, maintenant que l’âme est prête à reprendre en main son véhicule de manifestation, doit être rééduqué et remis à sa place. Il doit reprendre son rôle d’avant, celui d’informateur à travers les cinq sens et la mémoire bien orienté, au service de l’âme.

Il doit sagement transférer sans distorsion, ce qu’il perçoit, au mental supérieur, qui lui, transmet à l’âme.

Pour le reprogrammer, et le remettre dans son service initial, on peut toujours s’entraîner à voir les choses du niveau de l’âme. Prendre la position de l’observateur à chaque fois que cela est possible, pour se servir du mental inférieur, uniquement pour qu’il nous transmette des infos, sans qu’il puisse prendre des décisions, faire un jugement. Dans la position de témoin, on observe et on voit ce que vivent nos corps inférieurs, mais on se différencie de ces corps.

Le mental inférieur contient nos mémoires, nos croyances et tous les systèmes qui vont avec. Il contient notre personnalité qui n’est faite que de réactions programmées et il tient à tout ça parce que cela lui donne un sentiment d’être l’être réel, et d’être immortel.

Peut-être, peut-on simplement lui signaler qu’on le remercie pour les services rendus et lui signifier qu’aujourd’hui l’âme reprend ses droits et qu’il va pouvoir se détendre et se reposer sur la vérité de l’âme et son inspiration.

Issue de ma compréhension et de celle de Gonzague, à vous de voir si cela fait écho en vous.

Evelyne C.

3 Des réflexions sur “Le mental inférieur….ami ou ennemi ?

  1. Bonjour et merci, le texte est très clair, c’est le plus complet et compréhensible que j’ai lu, , j’ai de la compassion pour mon mental, je sais que lui c’est moi mais en devenant observateur c’est comme si on se dédoublé c’est assez marrant, c’est une expérience très intéressante, il y a quelques jours j’ai testé cela lors d’une conversation avec quelqu’un c’est assez marrant de voir le jeu de l’égo.

    • Oups ! Bon, avec beaucoup de retard, merci d’avoir lu cet article…
      C’est vrai que cela devient intéressant lorsqu’on prend du recul et une position d’observateur.
      On peut mieux comprendre ce qui se joue dans nos interactions, mais surtout on se voit agir et réagir, bref, on devient
      de moins en moins dupe de soi-même.
      On retrouve du pouvoir  » un pouvoir, simple, aimant, compassion », envers soi.

      Évelyne.C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*